Noëlla Morantin

Dans une vie antérieure, elle était salariée dans une boite de marketing. Chez elle, a Pornic, son père avait quelques vignes avec lesquelles il produisait une cuvée de blanc et une de rouge pour la famille. Noëlla a toujours fait les vendanges avec lui.

A 28 ans, elle a eu envie de se lancer mais ne savait pas comment s’y prendre, jusqu’à sa rencontre avec un professeur de viticulture, qui l’oriente vers un BTS viti-oeno. C’est là qu’elle découvre les vins naturels. Elle se forme chez les Mosse en Anjou, Pacalet en bourgogne et chez Marc Pesnot dans le pays nantais. Toutes ses figures des vins nature lui mettent le pied à l’étrier. Puis elle croise Junko Araï, propriétaire d’un domaine a Pouillé, qui cherche quelqu’un a qui confier son exploitation. Elle repartira à Tokyo en lui laissant les clefs…

C’est parti ! Elle démarre morte de trouille, sous l’œil circonspect de ses voisins qui n’en reviennent pas de voir une femme sur un tracteur et se servir d’un pressoir… Tous ses vins sont certifiés Ecocert, mais Noëlla ne le mentionne pas sur l’étiquette, car pour elle, le bio, c’est la normalité et qu’elle compte sur les cavistes qui distribuent ses vins pour expliquer ses vins bien mieux que les étiquettes.

Elle tient, en revanche, au joli cœur orné de trois fleurs, son emblème, reproduction de la décoration du puits du domaine.

Partager ce post

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant